Rechercher
  • Cédric Bonnot Coach PNL

Et si votre miroir se moquait de vous !

Mis à jour : févr. 26




Le miroir moqueur.


Il est beau, il est grand et magnifiquement orné. Tant de monde le sollicite mais il ne peut s'empêcher de se moquer, qui est il? Il est le miroir moqueur.


Si vous vouliez vous y mirer il vous cacherait votre reflet et ne vous renverrait qu'un bruit étrange, si vous vouliez vous y admirez, il ne vous offrirait qu’une musique de piano désaccordé…. Sans vous tenir devant il vous refléterait alors la plus belle image de vous et aussitôt en face la ferait disparaître à nouveau.


Au loin vous pourriez l'entendre rire, se moquer de vous, de tout et tout le temps… pour son propre plaisir.


Un jour, une fleur qui avait besoin de se voir s'installa devant lui et chercha son reflet. Au bout d'un instant elle s'aperçu qu'elle ne se voyait pas :


« Quel miroir étrange ! pensa-t-elle, je me tiens juste devant mais aucun reflet appairait! »

C'est alors que le miroir lui parla :

« Que veux-tu voir chère fleur? »


Étonnée d'entendre un miroir parler elle prit peur, mais ce mystère poussa sa curiosité et elle décida de lui répondre :

« Je veux me voir moi que diable! ».


Le miroir se mit à rire aux éclats et lui répondit :

« Pourquoi mens-tu chère fleur?

- Mais je ne mens pas, je n'ai jamais menti, et je ne vais pas commencer à mentir à un miroir qui de surcroît parle et se moque de moi! »


Le miroir l’informa :

« Excuse-moi chère fleur, mais je suis le miroir moqueur et ce que je sais faire c'est me moquer de quiconque a besoin de se voir »


Contrariée la fleur pensa qu'elle devenait folle, comment était-ce possible qu'elle parla à un miroir, et qu'un simple objet refusait de faire ce pourquoi il était destiné. Elle avait tant besoin de se voir. Elle s’assit et soupira. La voyant attristée le miroir s'adressa à elle :

« Tu parais triste chère fleur, je me suis moqué de toi, je t'ai volé ton reflet, est ce

la raison de ta mélancolie?

- Oui!!! J'ai tant besoin de me voir!

- Mais je le sais très bien chère fleur que tu as besoin de te voir, je suis un miroir, toutes les personnes qui se tiennent devant moi ne me demandent que cela : leur reflet! Alors comme je suis moqueur je le leur vole et à la place je leur parle, je leur joue de la musique, et tel est mon plaisir!

- Tu es bien cruel Miroir! Tu n'as pas le droit de me voler mon reflet, rend le moi! J’en ai besoin! Je n'ai pas besoin de tes paroles ni d’aucunes autres de tes sornettes, tu es un miroir et tu dois faire ce pourquoi on tu existes!

- Cruel? Faire ce pourquoi j’existe? Merci de tout cœur chère fleur je te comprends. Sache que si je me moque de toi c'est parce que j’ai un cœur, et comme je t’estime je ne peux pas te donner ce dont tu as besoin...

- Parfait! Ce n'est pas important, j'irais me voir ailleurs, il y a tant d’autres miroirs.

- Impossible je t'ai volé ton reflet, il n'existe plus aucun moyen pour toi de te voir! C'est tellement drôle!

- Mais tu es vraiment horrible miroir! comment me verrais je désormais?

- Tu n'as qu'une seule manière de te voir à présent chère fleur, tu devras te voir dans

le regard des autres. Un jour peut être que tu trouveras ce que tu as besoin de voir,

ou peut-être trouveras tu ce qu’est le besoin… ou bien encore retrouveras tu la

vision, ou plus probablement que tu ne trouveras rien du tout, ah ah ah!!! Quand ce

jour viendra, tu me conteras ton aventure, il se peut alors que je te rende ton reflet,

si et seulement si ton récit ne me donne plus envie de me moquer de toi! »


La fleur était désorientée, perdue, souffrait de ce qui venait de lui arriver. Elle avait tant besoin de se voir. Mais comment allait elle pouvoir se voir dans le regard des autres sans être gênée, sans avoir peur de se montrer?


Son corps portait les traces de ses combats de fleur, des pétales lui manquaient, son nectar n’était plus le même qu’aux printemps joyeux, son parfum s’était évaporé au gré des vents et des orages. Elle se demandait dans quels yeux pourrait-elle assouvir son besoin de se voir. Se voir pour savoir, se voir pour se sentir en vie, se voir pour croire à nouveau… Épuisée de ce questionnement elle partit et chercha.


Sur son chemin, aux détours des sentiers elle rencontra une abeille qui venait butiner, dans ses pétales :

« Quel délicieux nectar tu as chère fleur, dit l’abeille, comment pourrais-je te remercier de m'abreuver ainsi?

- J'ai besoin de me voir dit la fleur, mais je n'ai plus le droit à mon reflet, alors dis moi ce que tu vois.

- Je ne peux pas dit l’abeille, mais je peux te dire que ta saveur est celle de la vie, car grâce à ton nectar je peux aller faire couler le plus délicieux des miels dans ma ruche! »


Attristée de ne pas pouvoir se voir dans les yeux de l’abeille la fleur la remercia, et continua sa route.


Plus loin elle croisa deux amoureux qui courraient sur les chemins. Le jeune homme accourant vers elle lui demanda s’il pouvait la passer dans les cheveux de son amoureuse au moment oui il offrirait son cœur à celle qu’il désirait depuis tant d’années. La fleur lui répondit :

« Oui», à condition qu'elle puisse se voir dans ses yeux après cela.


Le jeune homme passa la fleur dans les boucles de sa promise. Et après avoir déposé la fleur à terre, il embrassa sa douce, toute conquise par cette délicieuse caresse.


« Alors, dit la fleur, tu dois maintenant me laisser me voir dans tes yeux!!!

- Mais je ne peux pas répondit le jeune homme, par contre je peux te dire comment se sent mon cœur. Grâce à toi, il se sent comme dans un bain tiède de miel et de rires et claque aussi fort qu’une voile de bateau en plein tempête »


La fleur esquissa un sourire, et reprit sa route ….


Dans la clairière voisine se tenait une armée de soldats, la musique funéraire transperçait l’espace et la lumière, ils ramenaient à la terre leur frère qui continuerait un autre voyage sans eux, ailleurs… Un de ces soldats aperçu la fleur et lui demanda s il pouvait la porter à son veston le temps de l’éloge. La fleur toute émue devant ces adieux lui répondit :

« Oui » à condition qu’elle puisse se voir dans ses yeux à la fin de la cérémonie.


Une fois l’éloge terminée le soldat la déposa à terre, elle lui demanda alors sa réponse :

« Je ne peux pas dire ce que je vois dit le soldat, car mes yeux sont remplis de larmes, mais grâce à toi je sens à nouveau la vie me traverser de toute part malgré les adieux à mon héros. Je sais désormais que je retrouverais un jour celui a qui je dois la vie, et qu'il m'attendra».


La fleur sourit au soldat comme on sourit à l’être aimé qu'il faut quitter, et elle le remercia malgré tout.


La nuit tombait et elle se blottit sous un arbre, elle repensait à sa journée :

« C’est étrange, je croyais avoir fané…cependant tout le monde avait envie de moi aujourd’hui, et en même temps ils ne me voyaient pas? Curieux! Il est temps à présent d’aller conter mon aventure au miroir moqueur, je n ai pas réussi à me voir dans les yeux des autres, je vais lui dire, peut être qu’il me rendra mon reflet malgré tout ».


De retour auprès du miroir elle lui conta son aventure :

« Miroir moqueur, tu dois savoir que personne ne m'a vu, une abeille avait envie de moi pour du miel, un jeune homme avait envie de moi pour une déclaration d’amour, un soldat avait envie de moi pour embrasser la vie après la mort......mais aucunes de ces personnes ne m’a vu…aucunes…j'avais tant besoin de me voir… »


Le miroir moqueur riait aux éclats :

« Chère fleur je vais peut-être te rendre ton reflet, mais avant cela dis-moi comment toutes ces personnes ont fait pour te trouver sans pouvoir te voir?

- Mais miroir ces personnes m’ont trouvé parce que j étais la!!!! »


Le miroir continuait à rire :

« Oui tu étais là, car tu t’es montré, toi chère fleur telle que tu es, et sache que je ne pourrais jamais te rendre ton reflet, parce que je ne te l’ai jamais volé. Je ne peux juste pas refléter ce que tu ne me montres plus…tu as mené tes combats de fleurs, tu as perdu des pétales, la vie t’a emmené dans les tempêtes, oui, et il se pourrait que tu fanes! Mais je t’en prie, laisse-moi rire encore et encore, tu n’imagines pas à quel point je jubile à me moquer de toi! Ta quête était de réussir à te voir, et toi tu n’as réussi qu’à te montrer ah ah ah……fais-moi plaisir chère fleur et savoure cet échec! Sache que je ne reflète jamais le besoin de se voir, je reflète l’envie de se montrer, lorsqu’elle est sincère. Plus tu te montreras, telle que tu es et non pas comme tu aimerais que l’on te voie et plus le miel coulera, plus l’amour éclatera et plus la vie se répandra. Je me moquerais toujours des gens qui ont besoin de se voir, c’est cruel je le sais, alors je t’en conjure, prend soin de cette délicate cruauté car je te l’offre, c’est mon cadeau de vie pour toi.


La fleur restait sans voix! La voyant toute chamboulée le miroir lui proposa sournoisement :

« veux-tu te placer en face de moi et découvrir ce que tu cherchais?

- Oui, répondit la fleur, car désormais je ne cherche plus…»


Une fois devant le miroir elle ouvrit grand ses yeux et c’est à ce moment précis qu’elle retrouva…


L’histoire ne dit pas ce que la fleur a retrouvé en se voyant, mais je sais qu’un « petit quelque chose » au fond de vous l'a déjà deviné...


Cédric Bonnot Coaching

Montréal & en ligne


Partager ce post

72 vues
Contact

© 2023 by Personal Life Coach. Proudly created with Wix.com